]
Le secteur du diamant sur la table du gouvernement
Économie
Énergie

Centrafrique

Le secteur du diamant sur la table du gouvernement

Selon le décret présidentiel signé le 30 septembre dernier a mis en place un processus permettant aux maisons d’achats existantes de formaliser leurs activités.

Enie


Le gouvernement centrafricain a annoncé une « refonte complète » de son secteur des diamants alluviaux, d’après certains détails énoncés, chaque maison d’achat de diamant doit exporter au moins 3 millions de dollars de pierres par trimestre. Les entités ne respectant pas ce minimum perdront leurs licences.

Après la période d’essai (qui se termine le 31 décembre 2019), les maisons qui auront respecté toutes les conditions concluront des contrats avec le gouvernement. L’objectif de l’Etat est de mettre des protocoles de diligence raisonnable de traçabilité pour permettre une transparence totale afin d’ôter de l’esprit collectif le terme de « diamant de sang » associé aux pierres précieuses du pays. La réforme sera soutenue par un renforcement de la police minière et des structures locales du Processus de Kimberley.

Rappelons, cette nouvelle réforme intervient alors que le marché international est toujours prudent à l’égard des diamants extraits en Centrafrique. La production totale de diamants de la République centrafricaine (en 2012) était d’environ 62 millions $, elle a chuté pour n’être que de 2,3 millions $ en 2018.

Enie

partage

comments